Actualité musicale : les sorties de la semaine


The Fresh & OnlysLong Slow Dance : Décrit comme le meilleur groupe US du moment par la crème de l’indé américain (Kurt Vile, Ty Segall, Thee Oh Sees), The Fresh & Onlys revient en force avec « Long Slow Dance » (LSD), leur deuxième album. En effet, comparés à des Black Lips sous LSD inspirés du psychédélisme des 13th Floor Elevator et de la pop des Smiths, le phénomène lancé par Pitchfork est prêt à envahir les scènes françaises et les médias hexagonaux pour notre plus grand plaisir.

C2CTetra : Rarement un premier album n’aura été aussi attendu que celui de C2C. Leur musique dépasse les genres, séduit les branchés et excite les masses. Porté par le succès critique et commercial de leur premier EP, de leur tournée et de leur tube Down The Road, C2C a tout pour s’imposer dans les mois et années à venir. Leur premier album Tetra, reste fidèle au son C2C avec notamment les titres les plus forts du EP (Down The Road, F.U.Y.A., …), tout en apportant une dimension plus pop avec les voix de Pigeon John, Jay-Jay Johanson, Gush ou Blitz the Ambassador.

Lou DoillonPlaces : Sans Étienne Daho, mélomane insatiable et tuteur bienveillant, elle n’aurait sans doute jamais fait le grand saut. La parution de son premier album, Places, est une délivrance pour Lou Doillon et marque le début d’une nouvelle carrière. Son titre résume autant la place qu’elle peut désormais occuper sur l’échiquier musical que son parcours personnel. “Entre Étienne Daho et Lou Doillon, c’est comme s’il y avait eu un alignement de lunes”, avance Zdar qui réalisé le mixage de l’album pour résumer cet opus miraculeux. À l’écoute, on pense à quelques grands noms, passés ou actuels : Karen Dalton, Joni Mitchell, Feist… On pensait la connaître, mais en l’espace de quarante minutes, Lou Doillon change la donne et devient, à l’aube de ses trente ans, une auteure, compositrice et interprète hors pair.

SpitzerThe Call : Depuis la sortie de « Roller Coaster », leur premier maxi chez InFiné, presque deux années auront été nécessaires à la production du premier album des frères Spitzer (Damien et Matthieu), duquel a été extrait l’EP « Sergen  ». Deux années pendant lesquelles a soufflé un vent de changement dans le monde entier. Spitzer a voulu faire écho à cet appel. « The Call »  est à la fois un véritable opus techno et une révérence à la scène rock alternative des années 90, on entend par exemple Fab du groupe Frustration (signé sur Born Bad) sur le morceau « Clunker ». Les critiques, notamment Trax et Tsugi, sont emballés par cette pure techno froide, sourde et dansante; sur laquelle on surprend des breaks de batteries ou des riffs de guitare répondant aux codes rock / new wave.