Actualité musicale : les sorties de la semaine

Blackout BabiesThe Good Things in Life of Bad BOB : Une blonde et une brune. Deux danoises, Nana Nørgaard et Linn Lavinsky (les ex-“Phat Old Mamas”). L’une à la voix soul et sexy et l’autre plus douce, plus pop. Un duo de charme qui fonctionne. Et un premier album du label français Kwaidan Records produit par Marc Collin (“Nouvelle Vague”). On ne peut s’empêcher de penser au duo du moment Brigitte … De la pop disco eighties comme on l’aime où l’on sent bien les influences de la “Nouvelle Vague”. Après un premier EP stimulant, « The Bad Habits of Burned out Bob », qui nous laisse sur notre faim, voici un premier album « The Good Things in Life of Bad BOB » pour poursuivre a travers 13 titres originaux les aventures des Blackout Babies.

The BamboosMedicine Man : Medicine Man , le nouvel album de The Bamboos, est un disque plein de « Catchy Tunes ». Autrement dit, un album rempli de titres accrocheurs. Le plus immédiat paru à ce jour pour le brillant combo australien. Une des nombreuses bonnes surprise de Medicine Man est la reprise du titre de James Blake « Whilem Scream » interprété par Megan Washington, ce qui lui donne une tournure plus soul et moins intimiste que l’original. Le résultat est à la hauteur, Comme ce premier single : I Got Burned (featuring Tim Rogers), ou encore comme l’énorme titre qui ouvre l’album: Where does the time go ? interprété par Aloe Blacc.

Justin BieberBelieve : Justin Bieber vient d’avoir 18 ans et la jeune star compte déjà a son actif plus de 15 millions d’albums vendus dans le monde mais aussi 41 millions d’amis Facebook et 19 millions de followers sur Twitter. Justin devient l’artiste le plus visionné sur Youtube avec 2.7 milliards de vues ! « Boyfriend » est le premier extrait de son nouvel album « BELIEVE » et se classe déjà N°1 dans plus de 30 pays. Ce nouvel album est un véritable virage musical pour Justin.

Para OnePassion : En 2012 avec ce nouveau long format, Para One prend encore une direction inédite. Si la tension euro-névrotique caractéristique du son Para One reste présente, les climats y sont globalement plus ensoleillés que ceux de ses précédentes sorties, les morceaux plus directs. On y compte d’ailleurs plusieurs vrais tubes, chantés par Tekilatex, Irfane et Jaw. Les influences autrefois juxtaposées sont aujourd’hui totalement digérées et entremêlées au cœur de chaque titre. Le disque évoque le hip-hop par de nombreux aspects, son groove pernicieux, quelques clins d’œil de production et un gout prononcé pour les références soul. Puis, plus en profondeur, il dévoile au fil des titres une narration habile qui n’est pas sans rappeler certains grands classiques du rap 90s chers à son auteur. De l’électronique, Jean-Baptiste semble avoir globalement délaissé le formatage dancefloor (qu’il réserve à ses maxis et remixes) pour ne garder ici que la liberté de traitement des sons, la déstructuration chirurgicale des rythmes et plus globalement l’élégance synthétique.