Feist : un titre Premium et sa playlist commentée

Le nouvel album de Feist, Metals, est sorti hier. Digne successeur de The Reminder qui lui a valu un succès critique et commercial sans précédent, ce nouvel album est à la fois intime et exubérant, transcendé par des mélodies pop sublimes et inoubliables.
Pour ce nouvel opus enregistré à Big Sur en Californie, elle a de nouveau travaillé avec Gonzales et Mocky et collaboré pour la première fois avec Valgeir Sigurdsson (Bjork, Bonnie « Prince » Billy). Les abonnés Spotify Premium peuvent écouter le titre Woe Be en exclusivité.

Feist nous a également concocté une playlist de ses titres favoris, et les a commentés :

The Constantines, Nighttime anytime :
La plus belle voix du rock and roll et une présence incomparable sur scène.

Lucinda Williams, Fruits of my labour :
Sa voix insuffle une vérité absolu à ses paroles et accompagne sobrement et intuitivement sa musique. Elle est incroyable.

Spoon, I summon you :
C’est mon ami Apostle of Hustle qui me l’a fait écouter pour la première fois et Spoon reste depuis une de nos principales découvertes musicales.

M.I.A., Mango pickle down river :
Des enfants autraliens rappent avec la princesse des beats. Cela sonne comme une garderie un jour ensoleillé.

Nick Lowe, Indian queens :
Lorsque j’ai découvert The Convincer, je vivais au dessus d’un magasin de disque. Je me réveillais chaque matin au son de la musique qu’ils jouaient avant d’ouvrir. Un jour c’était Nick Lowe, je suis descendue et j’ai acheté le disque.

M. Ward, Eyes on the prize :
“With my eyes on the prize and my mind on you. I put my pride on the line, and my whole life too.”

Wilco, Please be patient with me :
Cet homme détient la vérité.

D’Angelo, Send it on :
Une lumière douce, les yeux chauds, méfiez-vous de la puissance du rimshot.

Broken Social Scene presents Kevin Drew, Fucked Up Kid :
C’est ma chanson favorite de Spirit If… A coeur ouvert.

Neil Young, Only love can break your heart :
Il n’y a pas très longtemps, j’ai trouvé une boîte en carton remplie de cassettes de mon adolescence. Cet album était dedans, même si je ne me rappelle pas l’avoir écouté. Le jour suivant, j’ai loué un van si vieux qu’il y avait un lecteur cassette, j’ai écouté l’album avec le son grésillant et j’ai pensé, si je l’avais écouté 10 ans plus tôt j’aurais peut-être commencé à jouer de la guitare plus tôt, ou qui sait quoi d’autre. Mais ça aurait déclenché quelque chose, comme l’impression que j’ai maintenant.

Bonne écoute !